Jérôme Angot

Artists Management

Site logo
Sophie Pondjiclis

Sophie Pondjiclis

Mezzo-soprano

Profil

Représentation en Exclusivité mondiale

Plus récemment, elle s’est produite au Théâtre des Champs-Elysées avec Ernestina dans l’Occasione fa il ladro et Cléone dans Pénélope de Fauré;  puis à Stockholm, Munich et Cologne avec les rôles de La Mère, Tasse chinoise et Libellule dans l’Enfant et les sortilèges ; à Bruxelles elle  vient d’interprété avec un énorme succès le rôle de Madame de Croissy dans Dialogues des carmélites, puis Saint-Etienne Principessa di Bouillon dans Adrienne Lecouvreur, Amadigi (role titre) de Haendel à Massy, Compiègne, Athénée Paris, Filipievna dans Eugene Oneguine à Toulon

 

Biographie

Sophie PONDJICLIS, Mezzo-Soprano

 

Diplômée du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et de l’école d’art lyrique de l’Opéra de Paris, Premier Prix au Concours International de Chant Toti del Monte de Treviso, Sophie Pondjiclis a fait ses débuts avec Ruggiero dans Alcina d’Haendel, Nicklausse dans les Contes d'Hoffmann et Rosine du Barbier de Séville.

Très tôt , elle va se se produire sur les grandes scènes internationales, notamment à la Scala de Milan avec la Haine dans Armide de Glück et Javotte dans Manon de Massenet ; à l’Opéra de Paris dans le Tricorne, Mercedes dans Carmen, La mère dans les Contes d’Hoffmann ; au Grand Théâtre de Genève avec Olga dans Eugène Onéguine; à l’Opéra de Marseille avec  Isaura  dans Tancredi; à Naples et Hambourg dans le Martyre de Saint-Sébastien ; au Teatro Comunale di Firenze et au Théâtre du Châtelet dans Noces de Stravinsky ; au Deutsche Oper Berlin dans le rôle-titre de l’Enfant et les Sortilèges; à Zurich avec Stephano dans Roméo et Juliette; à Naples dans Le Martyre de Saint Sebastien et Amadigi; à Turin avec Sélysette dans Arianne et Barbe-Bleue;

Son rôle de prédilection reste Carmen, qu’elle chantera en tournée dans toute la France et dans le monde entier notamment au Japon, Festival de Skopje,  Festival de Bastia, Biel, Berne, Trévise,

Elle s’est produite au Festival de Spoleto dans la Mort de Cléopâtre et Maria Golovin de Menotti;

Reconnue comme l’une des plus grande Marcelina des Nozze di Figaro, elle a chanté ce rôle au Concertgebouw Amsterdam, Milan, au Palau de la Musica de Valencia, London Barbican Center, Lausanne, Théâtre des Champs-Elysées, Marseille entre autres… Elle a chanté aussi aux Chorégies d’Oranges dans Norma, Forza del destino et le rôle d’Emilia dans Otello,

Plus récemment, elle s’est produite au Théâtre des Champs-Elysées avec Ernestina dans l’Occasione fa il ladro et Cléone dans Pénélope de Fauré;  puis à Stockholm, Munich et Cologne avec les rôles de La Mère, Tasse chinoise et Libellule dans l’Enfant et les sortilèges ; à Bruxelles elle  vient d’interpréter avec un énorme succès le rôle de Madame de Croissy dans Dialogues des carmélites, puis Saint-Etienne Principessa di Bouillon dans Adrienne Lecouvreur,

Prochainement : Amadigi de Haendel à Massy, Compiègne, Athénée Paris, Filipievna dans Eugene Oneguine à Toulon..

Sophie Pondjiclis collabore avec les chefs d’orchestres : Riccardo Muti, Gary Bertini, Ingo Metzmacher David Robertson, Marek Janowski, Charles Dutoit, Myu Wung Chung, Serge Baudo, Jérémie Rhorer, Marc Minkowski, Marek Janowski, René Jacobs, Kurt Mazur, Louis Langrée, Enrique Mazzola, Esa-Pekka Salonen, Daniele Gatti, D. Callegari, Foster, Tatarnikov, Alain Altinoglu…

Et des orchestres tels l’Ensemble Intercontemporain, l’orchestre Philharmonique de Radio France, l'Accademia Italiana di Santa Cecilia de Rome, l’Orchestre National de France, l’Orchestre Symphonique de Berlin, l’Orchestre symphonique de la radio suédoise, L’Orchestre de Monnaie…

Pour le 60ème anniversaire de la libération du camp de concentration de Ravensbrück, le théâtre du Châtelet lui confie le rôle de Havas dans : « Le Verfügbar aux Enfers » de Germaine Tillon.

 Janvier 2019

Moments forts

février 2019

Amadigi - Amadigi

Athénée Théâtre Louis-Jouvet, Paris, 27/01/2019

www.classique-c-cool.com, , 28/01/2019

Sophie Pondjiclis porte haut le costume d’Amadigi qu’un remplacement opportun lui permet d’enfiler. (…) vocalement un enchantement avec ici des vocalises nettes, précises et impeccables et une longueur de souffle impressionnante. Le timbre soyeux devient solaire dans la partition de Haendel avec de magnifiques aigus dardés

hugues Rameau

Madame de - Dialogues des Carmélites

Bruxelles(Monnaie), 08/12/2017

Musique et opera, 14/12/2017

"La véritable révélation de la soirée est la mezzo française Sophie Pondjiclis.(...) un rôle à la hauteur de son immense talent. Ce qui se passe sur scène est exceptionnel car la comédienne se consume littéralement, avec des moyens vocaux qui rendent justice à l’écriture de Poulenc. Jamais l’on n’aura entendu une Prieure aussi intelligible. Fait rare et qui mérite d’être souligné, le célèbre « Oh ! Que ne puis-je arracher ce masque avec mes ongles » est chanté. La scène inoubliable de l’agonie dans un lit suspendu est l’un des temps forts de cette mise en scène, un modèle à voir absolument, en espérant que le miracle se reproduise encore et encore ! "
 

(Hugues Rameau-Crays)

madame de Croissy - Dialogues des Carmélites

Bruxelles(Monnaie), 08/12/2017

Forum Opera, 08/12/2017

la performance de cette jeune chanteuse transformée en vieille femme agonisante est remarquable d’intensité, de précision et de justesse, et sa mort les bras en croix constitue sans conteste le point dramatique culminant de la première partie du spectacle. (Claude Jottrand)

(Claude Jottrand)

Olyrix review's date undefined

La prieure, Madame de Croissy, incarnée par Sophie Pondjiclis, donc, est d’une remarquable qualité vocale. Cette voix appartient au temps des grandes mezzo-sopranos italiennes, aimées de Fellini. Sa diction parfaite et ses graves alimentent une dramaturgie dessinée sur mesure pour la prieure, notamment la scène du décès, qui marque définitivement celui qui la découvre (Soline Heurtebise)
https://www.olyrix.com/

Soline Heurtebise